Lifestyle

Radicaux libres et antioxydants

 

Par Sylvain Chalon

 

Intéressons-nous à ces deux armées qui se livrent une lutte sans merci à l’intérieur de notre organisme.

Pour garder cette image martiale,

voyons les radicaux libres comme des soldats impitoyables ayant pour objectif d’étendre leur territoire et les antioxydants comme une armée de défense dont le but est de freiner leur avance.

C’est une image simpliste, bien évidemment, mais elle permet d’introduire ces deux protagonistes.

 

Avant d’entrer dans les détails, il faut saisir une donnée biologique.

Ce qui nous fait vivre, nous tue également. En effet, pas de vie sans une part d’oxygène dans l’air que nous respirons. Malheureusement, c’est ce même oxygène qui va être responsable de la création des radicaux libres et de leurs conséquences à court, moyen et long terme.

 


Les radicaux libres


 

radicaux-libres

 

Les radicaux libres sont produits principalement par nos cellules durant l’étape de production d’énergie via la respiration.

Chaque cellule possède en son sein une mini-centrale énergétique appelée mitochondrie. Lors de la respiration, cette dernière va recevoir de l’oxygène ainsi que des nutriments (glucides, lipides, protéines). A l’intérieur de la mitochondrie, l’oxygène va alors oxyder ces nutriments et produire de l’énergie, à savoir de l’A.T.P. (Adénosine Tri Phosphate). Cette réaction dite d’oxydo-réduction va libérer de l’A.T.P. mais également de l’eau et du dioxyde de carbone.

 

Malheureusement, dans 5 à 10 % des cas, ce processus ne se fait pas toujours de manière complète.

Durant ces échanges chimiques, il arrive qu’un seul électron soit transféré vers la molécule d’oxygène, cette dernière se retrouve alors avec un nombre impair d’électrons sur sa couche externe…et cela ne lui plait pas du tout ! Ce sont ces molécules instables d’oxygène que l’on va nommer « radicaux libres ».

 

Puisque ce radical libre possède un électron célibataire, non apparié, il va réagir avec les molécules voisines afin de leurs dérober un électron pour se stabiliser. C’est alors le début d’une réaction en chaîne, où chaque molécule perdant un de ses électrons va elle-même devenir un radical libre.

 

Le corps humain étant bien fait, il ne faut pas penser que ces radicaux libres sont là par hasard. De par leur pouvoir destructeur puissant, ils vont être capables notamment de lutter contre les microbes et les virus, même contre des cellules tumorales.

 

Le problème est qu’ils sont totalement indisciplinés et s’attaquent à tout, y compris à nos bonnes cellules. Ils sont très réactifs vis-à-vis des protéines, des lipides, des hydrates de carbone et…de l’A.D.N. !

C’est là où le bât blesse. Si on laisse ces radicaux libres proliférer sans contrôle dans notre organisme, ils vont provoquer la destruction de trop nombreuses cellules, voire leur mutation, causant ainsi vieillissement accéléré, maladies et cancer.

 

C’est là que les antioxydants entrent en action !

 


Les antioxydants


 

antioxydants

 

Les antioxydants sont capables de freiner cette réaction en chaîne en se réduisant avec les radicaux libres et en annihilant ainsi leur action.

Même si le corps est capable de fabriquer de nombreux antioxydants pour se protéger, il ne peut le faire que dans des conditions de vie optimum.

L’exposition excessive au soleil, une mauvaise alimentation, le stress, la pollution, la pratique intensive d’une activité physique et bien d’autres facteurs vont permettre aux radicaux libres de se multiplier à outrance et de rapidement prendre l’ascendant sur la capacité du corps à fournir des antioxydants en quantité suffisante.

 

Il y a alors intérêt à savoir où en trouver pour se défendre de manière efficace. Deux solutions existent alors : une alimentation adaptée ou une supplémentation spécifique.

 

Il est difficile de dresser une liste exhaustive de tous les antioxydants mais nous allons tâcher d’en aborder la plupart.

 

Tout d’abord, deux antioxydants fabriqués par l’organisme : le glutathion (tri-peptide formé par la condensation d’acide glutamique, de cystéine et de glycine) ainsi que l’acide alpha-lipoïque (fabriqué à partir de la cystéine).

 

✓La vitamine C, est une vitamine hydrosoluble. Elle est requise dans la synthèse du collagène, des globules rouges et contribue au système immunitaire. Les aliments les plus riches en vitamine C sont, par ordre décroissant : l’Acérola, le cynorhodon, l’argousier, le cassis, le persil, le poivron rouge cru, l’orange n’arrivant qu’en fin de liste.

 

✓La vitamine E ou tocophérol, est un antioxydant très puissant. On en trouve majoritairement dans l’huile de germe de blé, les amandes et noisettes non blanchies, l’huile de tournesol et de carthame, ou l’avocat par exemple.

 

✓La carotène, est un pigment de couleur orange, dimère de la vitamine A. On en trouve principalement dans la carotte, le poivron, les épinards, la laitue, la tomate, la patate douce, les brocolis, la courge ou l’abricot.

 

✓Le zinc, est un oligo-élément participant notamment à la synthèse de l’A.D.N., aux processus immunitaires, à la guérison des blessures et à la reproduction. L’huître est l’aliment qui en contient le plus, mais la plupart des viandes et des noix en contiennent des quantités intéressantes. Les légumineuses et les céréales entières en fournissent une quantité appréciable également.

 

✓Le sélénium est aussi un oligo-élément au fort pouvoir antioxydant que l’on trouve notamment dans les rognons de porc ou de bœuf, le poisson et les mollusques, l’ail ou les noix du Brésil.

 

✓Les anthocyanines, sont des pigments naturels que l’on retrouve par exemple dans les myrtilles, les mûres, les cerises, le raisin noir, les aubergines, les prunes.

 

✓La zéaxanthine, pigment de la famille des caroténoïdes, qui donne sa couleur jaune au maïs. On en trouve évidemment dans ce dernier mais aussi dans les poivrons rouges, les brocolis, les choux de Bruxelles, la salade verte.

 

✓La lutéine est également de la famille des caroténoïdes. On en trouve en quantité intéressante dans le jaune d’œuf, le maïs, les carottes, les épinards, l’oseille.

 

✓La quercétine, ou quercétol, est un flavonoïde. On en trouve principalement dans les câpres, le piment fort, le chocolat noir, les oignons crus, la myrtille, le cassis, les brocolis, le thé vert et le vin rouge.

 

✓L’acide chlorogénique, est un phénol produit par les végétaux comme le café ou la pomme de terre. Il est présent également dans l’artichaut et les endives.

 

✓L’acide phénolique, présent par exemple dans le romarin, le basilic ou la myrtille.

 

✓Le sulforaphane, dont les propriétés anti oxydantes peuvent persister pendant des heures après l’ingestion. On en trouve dans les brocolis, les choux de Bruxelles ou les choux fleurs.

 

✓Les flavonoïdes, qui forment une sous-classe des polyphénols. Ils sont responsables de la couleur variée des fleurs et des fruits. Il y a différents types de flavonoïdes, répartis dans un grand nombre d’aliments. Pour en citer quelques-uns : les tomates, le cacao, la bière, le vin rouge, les framboises, les mûres, le pamplemousse, le piment, les pommes, le raisin, le thé vert, le thé noir, les noix de cajou,…

 

Cette liste d’antioxydants n’est certainement pas complète mais elle permet déjà de savoir où trouver les précieuses substances dont notre corps a besoin pour lutter contre les radicaux libres.

Bien qu’il soit possible de les retrouver sous forme de compléments, en comprimés par exemple, il est néanmoins préférable de les consommer sous forme d’aliments car leur assimilation par l’organisme sera alors optimale.

 

Pas de tags



Myprotein

Myprotein

La rédac


TOUTES NOS REDUCS et PROMO ! Cliquez!