Aller sur le contenu principal
Nutrition

Les sushis : plat sain ou cheat meal?

Myprotein
La rédac7 années Ago
Voir le profil de Myprotein

Les sushis font débats. A première vue, les sushis sont composés de riz et de poisson. Il n’y a donc aucun raison à crier au scandale pour sa diète. Cependant, vous pouvez voir sur les forums ou les réseaux sociaux de nombreux athlètes qui annoncent « cheat meal » lorsqu’ils dégustent des sushis.  Pouvez-vous manger des sushis sans culpabiliser ou est-ce réellement trop riche en calories ?

Le sushi est-il diététique ou plutôt gras ?

Avant de placer le sushi sur le banc des accusés, il convient de savoir ce qu’il a dans le ventre. Visiblement, pas grand-chose à part du riz, du poisson cru et quelques centilitres de vinaigre de riz. Pourquoi donc le ranger dans la catégorie cheat meal puisqu’une assiette de riz et du poisson constitue un repas tout à fait équilibré ?

Le problème provient souvent de l’idée qu’on a du cheat meal.  Pour les plus stricts, le cheat meal représente un repas qui n’était pas prévu à la base. Pour cela, il convient d’avoir, au préalable, un plan alimentaire à suivre.

Si votre coach sportif vous a créé un programme alimentaire sur mesure, en personnalisant les calories ainsi que les macronutriments (glucides, lipides, protéines), tout ce qui sort de ce plan sera considéré comme un cheat meal. Le fait de manger une salade césar au restaurant, des sushis ou même une soupe de poisson pourront être un cheat meal vu que vous n’avez plus la totale maîtrise du nombre de calories.

Pour d’autres, un cheat meal est un plat qui est considéré par « le plus grand nombre » comme trop gras, trop salé ou trop sucré. Il s’agit généralement de plats industriels ou riches en calories, à l’image des pizzas, des viennoiseries, des frites, etc.

Les sushis, aussi caloriques qu’un hamburger

Quand les scientifiques y mettent leur grain de sel, ça se complique. Il y a quelques années, le Dr Rachel Beller a lancé un pavé dans la mare lors de la sortie de son ouvrage. Coup marketing réussi puisque l’information fût relayée dans le monde entier. Elle a avancé l’idée que les sushis sont plus caloriques que les hamburgers. C’est sans doute à partir de là que les sushis ont été diabolisé.

Le calcul est simple. 1 sushi au saumon représente 48kcal. Généralement, on peut dire qu’à partir de 6 sushis vous commencez les hostilités, soit 288kcal. Un hamburger très simple d’un fast-food, quant à lui renferme 253kcal. Sur le papier il est donc vrai que les calories peuvent se valoir. Cependant, si on s’intéresse à un repas type, la vision est différente.

  • Repas A : 6 sushis / 6 makis / 1 soupe miso / 6 california / Sauce soja / eau = 613kcal
  • Repas B : 1 hamburger classique / 1 moyenne frite / 1 coca = 1044 kcal

Nous voyons donc qu’à l’échelle d’un repas type, le nombre de calories n’est nullement comparable. Après la quantité, il convient de s’intéresser à la qualité.

Le hamburger à travers le pain et la sauce renferme des glucides à index glycémique élevés, une bonne dose de sucre et des acides gras trans et saturés considérés comme de « mauvaises graisses ». A ceci se rajoute les accompagnements composés de frites et le soda qui ne relèvent pas le niveau qualitatif.

Pour le sushi, les calories sont composés d’index glycémique modéré (riz) et d’acides gras insaturés (saumon) renfermant les fameux oméga 3, essentiels pour le système cardio-vasculaire et le bon fonctionnement général de l’organisme. Vous imaginez donc que le comparatif des macronutriments entre les deux repas présentés ci-dessous est largement à l’avantage du repas composé de sushis.

Gardez le contrôle

Le problème avec les sushis, c’est qu’on perd vite pied. On en mange un puis deux puis trois puis une dizaine sans trop s’en apercevoir. Bien que les aliments qui le compose soit sain, le riz fait monter l’aiguille caloriques à travers sa dose de glucides. De fait, aucun aliment en soi ne fait grossir ou maigrir. Tout dépend de la quantité.

C’est pour cela que l’index glycémique se doit d’être complété de la charge glycémique. Par conséquence, si vous mangez à votre faim, environ 6 sushis et une soupe miso, il n’y a pas lieu de le considérer comme un cheat meal. Cependant, si cette sortie au restaurant japonais est l’occasion de s’en mettre plein la panse, il s’agira bel et bien d’un cheat meal.

Message à retenir

Selon votre définition du cheat meal, les sushis peuvent en être un. Cependant si on s’intéresse aux calories, aux glucides, lipides et protéines, il n’y a pas lieu de crier au scandale. Si vous êtes raisonnable et ne finissez pas avec 500g de riz dans votre assiette baignant dans 1l de sauce soja, les sushis n’ont pas lieu d’être diabolisé.

Enfin, n’oubliez pas que le saumon, à l’image d’autres poissons comme le thon ou l’espadon sont à consommer avec modération en raison de la présence éventuelle de métaux lourds. Il convient donc de se faire plaisir sans en abuser.

Nos articles sont purement informatifs et ne remplacent en aucun cas l'avis d'un expert médical. Si vous avez des soucis de santé, consultez un professionel de santé avant de prendre des compléments alimentaires ou de changer radicalement votre régime alimentaire.

Myprotein
La rédac
Voir le profil de Myprotein
ounded around a kitchen table in 2004, Myprotein’s vision has always been to revolutionise how we power movement. In 2011 Myprotein became part of the THG family, and by 2016 we proudly claimed the title of the world’s leading online sports nutrition brand. Over the last 20 years, we’ve created game-changing supplements like Clear Whey and Dry Scoop Pre-Workout and launched new brands tailored to your needs including MP, Myvitamins, Myvegan and MyPRO. We exist to break boundaries. To help you cut through the noise in the fitness industry and get down to the information you can trust. Our blog features articles from trusted PT’s, nutritionists and dieticians with tons of experience in the industry. We listen to what topics you’re interested in, and dip into our pool of experts to give you information you can trust.
myprotein