Santé mentale

Un ancien joueur de rugby professionnel raconte comment il a surmonté une blessure et lutté contre la toxicomanie

Le mois de la santé mentale est arrivé, et nous voulons célébrer l’impact que le fitness peut avoir sur le bien-être mental. La meilleure façon de le faire est d’écouter des histoires vraies de personnes qui ont lutté contre leur santé mentale et qui en sont sorties. Voici l’histoire de Tom Armstrong.

Tom a grandi avec le rugby.

Né à Liverpool, en Angleterre, il a déménagé à l’âge de 5 ans dans la ville de St Helens, une ville qui aime le rugby. Après avoir joué en tant qu’enfant, Tom a continué à jouer au rugby au niveau académique, puis il est devenu professionnel. Ainsi, lorsqu’il est passé du jour au lendemain d’une carrière prometteuse à une carrière déraillée par une blessure, sa santé mentale en a évidemment souffert.

Pour compliquer les choses, la femme de Tom a été diagnostiquée d’un cancer au même moment que sa blessure, et son premier enfant, Atlas, est né. L’abus de drogues et d’alcool est devenu un mécanisme d’adaptation malsain. Il ne savait plus quoi faire.

Après avoir atteint ce qu’il décrit comme « le fond du fond », Tom a adopté des mécanismes d’adaptation sains comme la méditation et a redécouvert le pouvoir de la forme physique sur la santé mentale. Aujourd’hui, Tom a couru un ultramarathon et un triathlon, a créé sa propre entreprise et a récemment emménagé dans une nouvelle maison avec sa femme et son fils.

Voici comment Tom en est arrivé là.

La blessure

Les sportifs se blessent souvent ; c’est la nature même du métier. Mais « mettre fin à sa carrière » sont des mots que tout athlète redoute d’entendre.

À 28 ans, Tom s’est blessé à la hanche en raison d’une forme génétiquement irrégulière de sa tête fémorale, ce qui l’a fait souffrir. Pour qu’il puisse retourner sur le terrain plus rapidement, on l’a encouragé à se faire opérer de la hanche, expliquant : « J’ai subi cette opération en pensant que tout irait bien, mais en fait, vous n’avez que 10 à 20 % de chances de récupérer ».

Douze semaines plus tard, Tom a senti que quelque chose n’allait pas dans sa hanche et dit qu’il « savait que c’était la fin de la route ». Neuf mois plus tard, Tom a été contraint de prendre une retraite anticipée du rugby de compétition.

Ce qui a le plus brisé le cœur de Tom, c’est que sa blessure aurait pu être soignée par de la physiothérapie, mais que c’est l’opération qui devait lui permettre de revenir plus vite au jeu qui l’a poussé à la retraite.

 

« Qu’est-ce que je fais maintenant ? »

Après avoir pris du temps pour faire de l’introspection, Tom se demandait « qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire ? ».

Avec peu d’expérience professionnelle, les options de Tom étaient minces. Tout en s’occupant d’un nouveau-né et de sa femme.

Puis, l’année 2020 est arrivée et avec elle, la pandémie. Tom n’a pas pu continuer à se remettre en forme, car juste avant, il avait investi dans la création de sa propre salle de sport, faisant de lui le directeur d’une entreprise. Cependant, la relation avec son partenaire commercial s’est brusquement terminée, laissant Tom sans aide du gouvernement pendant la pandémie, sans travail et avec une incroyable pression émotionnelle.

« Juste survivre »

« Donc, ma femme était malade, je n’ai reçu aucune aide du gouvernement et c’était juste comme, qu’est-ce que je fais ? ». Tom vit également avec un TDAH adulte, une condition qui est traitée avec des amphétamines prescrits par son médecin, quelque chose qu’il a commencé à abuser comme un moyen d’échapper à la vie quotidienne.
Il explique : « Je suis passé d’une pilule par jour à deux pilules par jour, puis à trois pilules par jour », utilisant ses médicaments contre le TDAH pour le réveiller et lui permettre de passer la journée, et les médicaments restants de son opération de la hanche pour le faire dormir.

C’est à partir du moment où il a touché le fond qu’il a pris conscience de la situation.

« J’étais debout à 3 heures du matin avec le bébé, puis je suis allé chercher une boîte de conserve dans le réfrigérateur. C’est là que j’ai pensé qu’il fallait que ça s’arrête ».

 

« Ce n’est pas ma vie, je ne devrais pas faire ça »

Après avoir vécu comme ça pendant des mois, des moments comme celui-ci avec son fils ont ramené Tom à la réalité et il a commencé à faire des changements. Il a complètement arrêté les pilules qu’il prenait et est devenu sobre.

Après avoir pratiqué la méditation de temps en temps pendant sa carrière professionnelle, Tom s’y est finalement consacré pendant sa guérison de la dépendance. Il se souvient que « lorsque j’étais dans une mauvaise passe, toujours debout à 4 heures du matin à cause des amphétamines, je méditais pendant une heure ou une heure et demie au lieu d’aller prendre un verre au magasin ». Il se souvient avoir pensé : « Je vais m’asseoir ici et essayer de faire taire les voix, et c’est ce que j’ai fait, et c’est là que ça a commencé, j’ai pensé que ça marchait ».

La méditation est désormais un élément clé de la nouvelle routine de Tom. Il se réveille et utilise la luminothérapie rouge pendant ses méditations matinales, en utilisant quatre méditations clés : « J’utilise des méthodes de respiration, comme compter jusqu’à 10 et redescendre, […] la respiration en boîte, la visualisation du jour, de la semaine ou du mois et la gratitude, en pensant à tout ce dont vous voulez être reconnaissant ».

La méditation a tellement changé la vie de Tom qu’il pense qu’elle serait un ajout révolutionnaire aux plans d’entraînement de rugby, ainsi qu’à d’autres sports ; « si cela faisait partie de la journée de récupération [la méditation], je pense que beaucoup de ces stress et tensions seraient atténués ».

 

Redécouvrir la forme physique

Après une opération de la hanche qui vous met définitivement à l’écart du sport professionnel, on ne s’attend pas à ce que quelqu’un se lance dans un 10 km, encore moins dans un triathlon et encore moins dans un ultramarathon. Mais c’est exactement le contraire que Tom a fait.

Les médecins disaient qu’à 40 ans, j’aurais besoin d’une prothèse de hanche, alors je me suis dit : « Non, je ne vais pas laisser cela être mon destin », explique Tom.

Au lieu de cela, lorsque l’ami de Tom, un coureur d’ultramarathon expérimenté, lui a demandé de le rejoindre à sa prochaine épreuve, Tom a répondu « ok, faisons-le ».

Il décrit l’ultramarathon de la même manière que nous décrivons un jogging après quelques mois d’arrêt : « ce n’était pas si terrible ». Il avait accepté les défis mentaux ; il en avait déjà traversé beaucoup auparavant. Il décrit même le défi physique du marathon comme n’étant pas trop difficile, même s’il ajoute : « Je suis arrivé aux derniers ¾ et ma hanche a cédé », complètement imperturbable.

Pour Tom, l’avantage de relever ces défis n’était pas l’événement lui-même, mais la préparation. « J’ai tendance à me mettre dans des situations où je dois le faire, sinon c’est juste embarrassant, sinon je vais juste procrastiner, procrastiner, procrastiner ».

Il doit manger sainement, s’étirer et s’entraîner correctement, sinon, comme il le dit lui-même, il aura l’air « complètement fou ». Le fait d’avoir un tel défi à l’horizon est pour Tom une façon de se motiver à vivre mieux, d’éviter de se retrouver piégé au « bas de l’échelle ».

 

« Parler à quelqu’un »

Malgré la capacité de Tom à s’extraire lui-même d’une mauvais passe, il précise que ce n’est pas aussi facile pour beaucoup de gens.

« Je pense qu’il faut tout d’abord en parler à quelqu’un et de se trouver un système de soutien. J’ai découvert que j’ai toujours été bon pour me sortir de mes propres trous, mais l’auto-assistance ne fonctionne pas pour tout le monde ». Trouvez un ami de confiance ou un membre de votre famille et dites-lui ce qui vous préoccupe.

Tom s’est sorti du cercle vicieux dans lequel il se trouvait, s’est fixé de nouveaux objectifs (qu’il a dépassés) et dirige aujourd’hui sa propre entreprise de formation personnelle, en traitant la santé et le bien-être de manière holistique.

« J’aide maintenant les hommes et les femmes, les athlètes, les professionnels, les personnes mal diagnostiquées et celles qui sont fatiguées de la douleur et des mouvements restrictifs, à retrouver leur vie ».

Tom encourage ses clients à se fixer des objectifs, tout comme il l’a fait dans le cadre de leur programme d’entraînement.

« Je me concentre sur la récupération du mouvement, l’amélioration de la forme physique et de la composition corporelle, tout en offrant aux clients un programme orienté vers un objectif à atteindre à la fin, comme un triathlon, un marathon ou même simplement un parcours de 5 km ».

 

Message à retenir

Les défis mentaux prennent des formes différentes pour chacun, et le traitement n’est pas toujours le même. Tom a trouvé un équilibre grâce à la méditation et à la reprise de l’exercice, et même si la méthode peut varier d’une personne à l’autre, le fait de renforcer le corps renforce souvent l’esprit. Mais si vous avez des problèmes de santé mentale, parlez-en à une personne de confiance et demandez conseil à un professionnel.

Courir contre l'anxiété

Santé mentale

Courir contre l'anxiété

2021-10-01 16:10:56Par Anthony Ramos

Comment l'exercice est-il bénéfique pour votre santé mentale et quels exercices sont les meilleurs ?

Santé mentale

Comment l'exercice est-il bénéfique pour votre santé mentale et quels exercices sont les meilleurs ?

Les sports les plus efficaces pour lutter contre l'anxiété

2021-10-05 10:21:41Par Chris Appleton

D'anorexique à épanouie - Amelia Goldsmith

Santé mentale

D'anorexique à épanouie - Amelia Goldsmith

La prise de poids pour une meilleure santé

2021-10-05 10:30:23Par Anthony Ramos



Anthony Ramos

Anthony Ramos

La rédac

Anthony Ramos pratique la musculation depuis plus de 5 ans et travaille pour Myprotein depuis 1 an. Il suit l’évolution de l’industrie du fitness, ses tendances et ses innovations depuis qu’il s’est passionné par la pratique de ce sport.

Durant son temps libre, Anthony aime se rendre à la salle de sport et perfectionner ses connaissances sur l’entraînement, la nutrition sportive et le monde des réseaux sociaux – mais surtout voir ses amis, sa famille et voyager autour du monde.


1 ACHETÉ = 1 OFFERT SUR PLUS DE 200 PRODUITS | AUCUN CODE REQUIS +30% SUR LES MEILLEURES VENTES | CODE: MV30 Profitez-en ici