Entrainement

Pourquoi courir avec son chien ?

Que diriez-vous de partager un moment privilégié avec votre chien ? Oui ?

 

Alors nous avons une proposition qui vous ne pouvez refuser… 

Si vous avez parcouru le net dernièrement, que vous faites des sorties sportives régulières et intégré l’énorme communauté du running, vous avez sans doute observé que ces derniers temps, la pratique pro ou en amateur de la course à pied avec un chien (ou plus exactement le  « canicross ») gagne de plus en plus d’adeptes que ce soit en France ou de par le monde (notamment aux USA).

Ainsi, soyez prêt à franchir le pas et n’ayez pas peur de débuter et de pratiquer en tant que simple amateur, pour le loisir et le plaisir, sachant qu’une énorme communauté et déjà prête à vous soutenir.


Le « plus » canin


 

courir-avec-son-chien

 

Un chien enjoué peut faire un excellent partenaire d’entrainement en endurance. En effet les canidés débordent souvent de motivation, d’enthousiasme et seront toujours prêt à vous suivre  pour de nouvelles aventures (et ils n’ont pas de téléphone portable !).

De plus, un avantage non négligeable pour les faux flemmards, est qu’ils agissent bien souvent comme un véritable rappel vivant de votre séance d’entraînement en attente !

Toutefois, que vous vous préparez à adopter un chien ou que celui-ci vous suit foulée après foulée, il est important de ne pas faire n’importe quoi lorsque vous souhaitez partager un moment sportif avec lui, de façon à ne pas blesser votre fidèle compagnon ou faire fausse route dans sa progression.

Avant de partir courir avec votre chien, il faut savoir qu’il existe des impératifs à respecter et de bien s’équiper afin de protéger votre chien et votre personne. Vous devez également garder à l’esprit les propres limites de votre animal et faire de la sécurité une priorité absolue.

 


Avantages de courir avec son chien


 

« Pourquoi courir avec son chien ? »  Me diriez-vous.

Eh bien, tout simplement pour bénéficier des nombreux avantages non négligeables pour vous et votre compagnon au niveau physique, mental et social.

En plus d’améliorer significativement votre condition physique, vous faire perdre des calories – et en omettant volontairement les autres nombreux avantages de la course à pied sur la santé -, vous prolongerez de la même manière l’espérance de vie en bonne santé de votre chien et votre relation n’en sera que meilleur.

 

jogging-avec-son-chien

 

Les animaux ont un besoin prépondérant d’activité physique afin de rester en bonne santé, tout comme les êtres humains !

C’est pourquoi courir peut être un excellent moyen pour vous deux de rester conjointement actif et en bonne santé.

Note : Les chiens ont besoin de faire 45 minutes à 1 heure et demie d’exercice chaque jour, en fonction de la race, pour se maintenir en bonne santé… comme vous !

C’est également un moyen idéal de lier de nouveaux et meilleurs liens affectifs et de confiance avec votre animal à quatre pattes.

Vous forgerez un esprit d’équipe sans faille avec votre fidèle compagnon.

Cela peut même relancer votre motivation pour la course et faire de vous un bien meilleur athlète !

 

 


Capacités sportives


 

Que ce soit pour l’être humain ou l’animal, l’activité physique stimule le bon développement des qualités athlétiques et capacités mentales.

En course à pied, cela passe notamment par une meilleure endurance mais également un développement et le renforcement musculaire de la partie inférieur du corps,  un point surtout présent chez l’animal, ou si vous courez sur des parcours pentus.

C’est en progressant sur de multiples points (cadence, volume, intensité, pente, etc.) dans votre entrainement que vous et votre chien allez développer puis entretenir vos capacités musculaires.

Vous stimulerez votre masse musculaire, soutiendrez votre santé cardiaque et profiterez de la foule de bénéfices sur la santé offert par la course à pied et l’exercice.

Enfin, au quotidien vous vous sentirez bien plus énergique et les kilomètres vous paraitront beaucoup plus aisés à franchir au fil du temps  pour vous et votre chien.

 

chien-en-foret

 


Fidélité et motivation


 

Partager une activité ludique et sportive avec son chien permet d’instaurer une véritable relation de confiance et de la développer au mieux. Vous serez beaucoup plus proche.

En effet, on se rapproche lorsque l’on partage de dures épreuves, qu’elles soient physique ou mentales, car votre chien à autant besoin de vous que vous aurez besoin de lui pour vous soutenir.

N’oubliez pas d’être à son écoute et qu’il doit aussi l’être afin de pouvoir bien comprendre vos ordres, la direction à suivre, adapter sa vitesse, vous motiver, etc. Soyez digne de son enthousiasme et instaurez une relation de respect mutuel et d’entente cordiale.

Enfin, vous pouvez être certain que de partager un effort avec un partenaire quel qu’il soit permet de renforcer votre complicité. Vous devez lutter avec la seule personne qui partage ces épisodes mixés de souffrance et de plaisir.

De plus, rappelez-vous que votre chien ignore complétement que vous partez pour une séance et prêt à tout pour vous suivre, il contribue de par son engagement et sa bonne humeur à vous encourager d’en faire de même.

Un bon chien avec l’envie et la détermination de faire des efforts vous donnera des ailes.

 

 

 


Les éléments indispensables


 

Avant de partir à l’improviste avec votre chien, il faut avoir en tête quelques notions de sécurité et bien préparer votre sortie pour ne pas qu’elle tourne au fiasco.

Pensez à la race de votre chien.

 

bulldog-ne-cours-pas

 

C’est une évidence, toutes les races ne peuvent pas supporter ce type d’effort ou des efforts trop intenses. Ainsi, certaines races sont naturellement mieux équipées pour l’exercice que d’autres.

Bien que tous les chiens puissent vous accompagner pour une promenade, il faut noter que certaines races sont plus à risque de vous faire défaut. En effet, certains chiens ne sont pas doués pour courir. Ceci est par exemple le cas des brachycéphales. Ces espèces n’ont tout simplement pas un système respiratoire qui n’est pas adapté à l’effort.

Les chiens brachycéphales, comme les bouledogues et les roquets, ont du mal à obtenir assez d’air, ne supportent pas la chaleur et ne peuvent pas être entrainés à la course. En effet, il est dangereux pour eux de pratiquer ce genre d’effort soutenu et vous feriez mieux de les emmener pour une longue randonnée à la place.

Ajoutons que les chiens courts sur pattes et tous ceux qui ont des troubles de santé (obésité, cœur fragile, etc.) doivent éviter la course et se focaliser sur la marche.

De l’autre côté du spectre, chez les espèces plus sportives, on retrouve par exemple les lévriers, meilleurs pour des sprints courts tandis que les pit-bulls ont une endurance plus élevée et tolèrent mieux de longues distances.

Enfin, les chiens de traineau ou de chasse bénéficieront pleinement de ce type d’entrainement avec vous. Ils ont une excellente endurance et sont de très bons coureurs.

Parmi les races de chien qui opèrent le mieux en canicross, on retrouve surtout des chiens comme le lévrier, braque, dobermans, ou les bergers australiens.

Enfin, certaines races sont construites pour des sprints et la vitesse, tandis que d’autres sont faites pour l’endurance. Ainsi, lorsque vous planifiez vos courses, assurez-vous de considérer le type de parcours qui convient le mieux à votre chien.

 


La condition physique


 

ordre-et-chien

 

Avant de vous exercer avec votre chien, assurez-vous qu’il soit physiquement en forme pour le supporter.

Tous les chiens, sans exception, doivent être évalués par un vétérinaire avant de commencer un programme d’entraînement. Il est essentiel d’obtenir un certificat de votre vétérinaire avant de pratiquer une quelconque activité physique intensive.

La course est une activité à fort impact pour les animaux et l’exercice cardio-intensif peut être un risque de blessure.

Une bonne santé cardio-vasculaire et articulaire sont deux éléments nécessaires à ce type d’activité intense. Si cela fait défaut à votre chien, demandez conseil à votre vétérinaire pour vite résoudre ses problèmes ou adapter l’effort.

En outre, le poids de votre chien est un autre facteur important à prendre en compte. De la même façon que les humains, les chiens en surpoids vont beaucoup plus lutter avec la course que leurs homologues plus minces. Dès lors, combinez de l’exercice léger avec un régime avant de le faire courir (comme les humains !).

En outre, considérez l’âge de votre chien. Un chien de moins de un an (deux pour les plus grandes races) n’a pas encore les articulations aptes à un entraînement régulier, ni le système respiratoire et cardiaque suffisamment développés. Néanmoins, simplement marcher avec un jeune chien va aider à construire une base solide de condition physique pour un futur programme de course à pied.

Les chiens doivent parvenir à la maturité osseuse, qui, chez certaines races (gros chiens) peuvent ne pas se produire avant l’âge de 20 mois. Pour avoir des informations à ce niveau, une nouvelle fois, interrogez votre vétérinaire.

Des séances d’entraînement longue distance ne sont pas conseillées pour les chiots ou les chiens trop vieux.

Il faudra dans tous les cas, que votre animal subisse un contrôle vétérinaire à la façon d’un contrôle médical pour un être humain !  Il est très important de savoir si sa condition physique et son organisme  peuvent supporter ce type d’effort.

 


Ne pas commencer à fond


 

chien-fatigue

 

Allez-y progressivement comme vous le feriez avec un être humain ! Traitez votre chien comme vous le feriez avec un partenaire d’entrainement humain que vous poussez à débuter le sport.

N’en demandez pas trop dès le départ et augmentez le volume ainsi que la difficulté de l’effort au fur et à mesure du gain d’expérience.

Ne débutez pas avec une routine d’entraînement trop intensive pour votre animal, cela peut lui faire énormément de mal.

Peu à peu, construisez intelligemment vos séances et votre volume d’entrainement avant de tenter des séances d’entraînement plus longues et plus ardus. Eh oui, vous n’auriez pas envisagé une sortie d’une heure à 15km/h la première fois que vous avez chaussé les baskets ? Hé bien lui non plus!

 

Une bonne planification de départ :

✓   2 à 3 sorties par semaine, à raison de 15 à 20 minutes par sortie ;

✓   Ensuite, vous pouvez augmenter les entraînements de 5 à 10 minutes par semaine ;

✓   Avec chaque séance, évaluez la récupération, en regardant la rapidité du rythme cardiaque et le retour à la normal de la respiration de votre chien ainsi que sa posture ;

✓   Avec un peu d’entrainement, un chien moyen peut courir entre cinq à dix kilomètres par semaine sans problème ;

✓   Augmentez le volume, puis l’intensité de l’entrainement progressivement.

Avec le temps, votre chien va s’adapter à votre rythme pour ensuite facilement le dépasser.

 

Notez que beaucoup de chiens veulent et peuvent aller beaucoup plus vite que vous n’en êtes capable et vous trouvez en difficulté si vous ne les contrôlez pas.

A l’inverse, certains peuvent sembler lents et distraits, ce qui conduit de nombreux maître à penser que leur chien n’aime pas courir.

Dans les deux cas, bien souvent le chien ne comprend tout simplement pas ce qu’il est censé faire. C’est qui est bien normal ! Vous devez lui apprendre à être un bon coureur et cela demande du temps, du travail et une véritable implication de votre part.

Même un chien de race taillé pour la course ne peut pas commencer immédiatement par une longue distance plein pot. Commencez lentement et construire votre kilométrage ensemble.

Comme avec tout autre sport, la régularité et l’assiduité dans le temps est la meilleure approche possible.

C’est l’une des bases de l’entraînement : ne pas augmenter le volume et l’intensité de manière trop brutale ou sans réflexion préalable. Faites cela progressivement, dans le but d’habituer le corps, le SNC, les muscles et les articulations aux contraintes de l’effort, de réduire le risque de blessure et de maximiser la progression dans le long terme.

Débutez chaque séance par un échauffement pour vous et votre chien. Cela peut consister par un intervalle d’effort de trot lent avec de la marche.

 

 


Faites attention au temps


 

chien-et-sport-ensemble

 

Par exemple, durant l’été, mieux vaut placer vos séances d’entraînement tôt le matin ou en début de soirée, lorsque la température est plus fraîche et l’humidité normalisée. Cela évitera les coups de chaleur, plus la chaussée chaude qui peut mettre à mal les pattes de votre chien.

En outre, pour vous, il est sans doute cela fort agréable de courir par 25°C par une belle journée ensoleillée, mais n’oubliez pas que votre chien est couvert de fourrure et de poils ! S’il fait trop chaud ou trop humide, votre animal peut souffrir de complications de santé ou se blesser durant l’effort.

A l’inverse, vous pouvez être horrifié à l’idée de courir lors d’une journée un peu froide et couverte, néanmoins, ce sont des conditions parfait pour votre chien !

Ainsi, ce qu’il faut retenir est que les conditions météorologiques doivent avant tout être bonnes pour votre chien et non pour vous. En effet, vous seriez dans ce cas bien  handicapé par ses sensibilités climatologiques inhérentes à son espèce et le mettriez sans doute en danger.

Évitez également les terrains trop inégaux ou rocailleux et dans l’idéal préférez les chemins forestiers aux axes bituminés. Dans ce sens, portez-vous loin de tout trafic automobile afin de réduire les risques d’accident et de protéger les tendons des chocs d’un sol en béton ou goudronné.

Courir dans la nature et beaucoup plus stimulant et agréable pour vous deux !

 


Bien dressé


 

Votre chien doit avoir eu un entrainement disciplinaire préalable adéquat afin de pouvoir s’exercer avec vous en toute sécurité.

Votre chien a besoin d’apprendre des ordres simples et à correctement se socialiser avant de courir avec vous.

Avant que votre chien ne commence à courir avec vous, assurez-vous bien qu’il sait parfaitement marcher en laisse lâche ou en libre et venir au talon à la seconde prêt.

Que ce soit pour une course ou une simple balade, vous devez tous les deux bien vous tenir. Il est indispensable d’avoir un chien qui vous obéit au doigt et à l’œil, surtout si vous avez décidé de le détacher ou de l’emmener pour plus d’une heure.

Une fois ceci fait, lui apprendre à tourner en réponse à un signal verbal, par exemple pour tourner à gauche ou à droite. Les ordres simples comme « arrêt », « marche » « course », « tourner » sont tous indispensables pour vous et votre chien afin de l’informer de tout changement de rythme ou de direction.

Entraînez votre chien à répondre durant une promenade en premier lieu avant de le faire en course à pied.

 

bon-chien-dresse

 

Donnez le signal verbal une seconde ou deux avant de modifier votre rythme afin de lui donner une chance d’ajuster sa vitesse ou direction de manière appropriée.

Enfin, les chiens doivent être bien socialisés et habitués des gens et autres chiens avant de courir. Ceci est très important notamment si vous courez dans un groupe ou participez à une compétition.

Enfin, vous pouvez envisager de vous inscrire dans une classe de dressage afin d’acquérir de l’expérience avec ce type de situation (ceci avant de signer pour un 10km avec lui).

Utilisez des équipements de sécurité !

Pour les mêmes raisons que vous gardez votre équipement à un minimum, faîtes de même pour votre chien.

Moins d’équipement votre animal porte, le plus naturellement il peut se déplacer et le plus heureux il sera.

 

 


Après la séance d’entraînement


 

A la suite de votre sortie, n’oubliez pas de vérifier les pieds de votre chien pour faire constat de toutes coupures, éraflures ou n’importe quel signe de dommages aux coussinets ou aux pattes et veillez à ce qu’aucune ne présente aucun risque d’infection.

Si vous avez couru dans une zone herbeuse ou boisée, vérifier sa peau pour des tiques et autres insectes ou encore des objets étrangers.

De plus, assurez-vous de donner à votre chien beaucoup d’eau afin de reconstituer ses réserves de fluides qui ont été perdus pendant la séance d’entraînement.

Enfin, laissez votre chien suffisamment de temps de repos entre chaque séance d’exercice – toujours comme un humain !-.

Notez qu’une alimentation riche en protéines animales, en calcium, avec tous les micronutriments essentiels à sa bonne santé et des enzymes digestives aidera votre chien à se maintenir en bonne santé et à supporter des séances d’entraînement rigoureuses pour progresser et vivre longtemps en bonne santé à vos côtés.

Veillez à ne pas nourrir votre chien une heure avant et après l’effort. L’estomac d’un chien agit comme un réservoir de retenue pendant la digestion. C’est pourquoi une prise alimentaire trop proche de l’exercice peut rendre votre chien vulnérable à des troubles gastriques ou des ballonnements et des vomissements.

 

post-course-chien

 


Récompensez-le


 

Après l’effort et pour l’encourager à progresser, remerciez votre chien à l’aide d’une récompense ou des marques d’affection. C’est ainsi qu’il pensera ces futurs sorties avec vous comme une véritable aubaine et ce qui le poussera un peu plus à faire de l’exercice (et indirectement, vous aussi ;-)).

 

Prêt à sauter le pas ?

Bonus : N’oubliez pas d’être propre !

Personne n’aime rencontrer des déjections canines, c’est pourquoi pensez à prendre un sac en plastique et ne laissez aucune trace de votre passage. Soyez toujours respectueux des autres et de l’environnement.

 

Pas de tags



Myprotein

Myprotein

La rédac


TOUTES NOS REDUCS et PROMO ! Cliquez!