Ambassadeurs

Tom Stoltman | L’homme le plus fort au Monde

Le 20 juin 2021. La date à laquelle l’Écosse a célébré son premier titre d’homme le plus fort du monde. Le jour où Tom Stoltman est entré dans l’histoire. La date à laquelle il a confirmé sa place sur la route du G.O.A.T.

C’est donc tout naturellement que nous avons rencontré l’homme le plus fort du monde pour discuter de son parcours. Une levée de trophée est une image fantastique, mais elle ne raconte pas toute l’histoire.

Rejoignez-nous pour discuter de son entraînement, de sa nutrition, de l’amour fraternel, des « cheat meals » qui n’en sont pas vraiment et de la façon dont l’autisme a joué un rôle dans son parcours jusqu’à présent. 

« Luke me connaît parfaitement »

Tom a grandi dans la petite ville d’Invergordon en Écosse. Invergordon a une population d’environ 3 900 personnes, ce qui signifie qu’il était difficile de trouver différentes salles de sport ou clubs sportifs à rejoindre.

Après avoir joué au football pendant quelques années à l’école, Tom a été pris sous l’aile de son frère Luke et a commencé à soulever des poids dans leur salle de sport locale. À partir de ce jour, les frères Stoltman ont été aux côtés l’un de l’autre en toutes circonstances et ont commencé à se faire un nom.

« Luke a joué un rôle essentiel pour moi. Dès le premier jour, il a été la première personne avec qui je suis allé à la salle de sport et il est resté à mes côtés depuis. Il a eu une influence considérable et a été la raison principale pour laquelle je suis probablement qui je suis aujourd’hui. »

Le fait d’avoir Luke, qui a sept ans de plus que son frère, dans son équipe a donné un avantage à Tom. Luke pratique l’haltérophilie depuis des années et a su allier sa connaissance avancée du sport à une compréhension inégalée de son frère.

« Luke me connaît parfaitement, ce n’est pas comme avec un entraîneur personnel qui doit vous poser toutes ces questions, il savait tout sur moi. »

« Je peux toujours m’assurer que tout est à 100% »

Les fans du champion Strongman savent qu’il est né autiste – un trouble du développement qui a un impact sur l’interaction sociale et la communication, souvent caractérisé par des schémas de pensée et de comportement répétés.

Tom s’ouvre régulièrement sur son expérience de l’autisme, et l’a décrit sur sa page Instagram comme « un superpouvoir ». Lorsque nous lui avons demandé ce qu’il entendait par là, il a expliqué comment cela l’aide et le gêne à la fois.

« Le Strongman est basé sur une routine, et c’est la même chose avec l’autisme. Ainsi, avec le Strongman, vous vous réveillez, vous mangez à la même heure, vous vous entraînez à la même heure, vous récupérez – c’est la même chose.

 

Je peux donc toujours m’assurer que tout est à 100 % parce que c’est facile à suivre pour moi. »

Bien sûr, il y a des jours où son autisme représente un défi de taille.

« Si quelque chose change quelques jours à l’avance sans que je sois prévenu, si j’ai manqué un repas, si j’ai fait un long voyage et que je n’ai pas eu assez à manger, que je ne me suis pas assez bien préparé, si j’ai des entretiens ou ce genre de choses, c’est là que l’autisme est le pire. Je suis alors stressé et je réfléchis trop, ce qui peut être vraiment mauvais par moments. »

Tom a appris à gérer son autisme, avec l’aide de ses proches comme sa femme Sinead ou sa sœur, qui travaille elle-même avec des personnes autistes.

« Évidemment, cela ne disparaît pas, j’ai simplement appris à le gérer. Mais il y a encore des jours où cela peut m’accabler, me stresser et m’inquiéter alors que je ne devrais pas avoir à le faire ».

La mère de Tom était l’une des seules personnes à qui il se confiait lorsqu’il traversait des moments difficiles. Mais après son décès, sa femme Sinead, avec qui il est depuis ses 18 ans, a su quoi lui dire au moment où Tom en a besoin.

« Ma femme Sinead et moi, formons une très bonne équipe, elle me comprend, elle n’a pas besoin de venir me demander ce qui ne va pas, elle le sait exactement. Quand je vais aux compétitions, elle sait quand préparer mes repas. Avoir quelqu’un comme ça, c’est vraiment facile. Elle fait partie de ma vie depuis 10 ans. Elle a été là tout au long du voyage, elle a assisté à toutes les compétitions et elle me connaît parfaitement. Donc, quand vous connaissez quelqu’un comme ça, c’est beaucoup plus simple ».

« Les « Cheat meals » font partie de notre régime »

Si vous pensiez lire que Tom mange des kilos et des kilos de poulet et de riz tous les jours, vous vous êtes lourdement trompé. Les « cheat meals » sont la clé du succès chez les Strongman. Et Tom pense que la nutrition est le Saint Graal de l’entraînement Strongman.

« La nutrition est un élément essentiel. Oui, vous pouvez passer deux jours à la salle de sport, mais si vous mangez bien, vous gagnerez toutes les compétitions. C’est ce qui m’a vraiment été benefique lors des championnats du monde. Je n’ai pas sauté un seul repas, j’ai suivi mon régime à la lettre et les résultats sont là. »

En quoi consistait exactement le régime Strongman de Tom ?

« Lorsque vous avez 8 à 10 semaines avant une compétition, vous consommez 7 à 8 000 calories. Ça peut sembler beaucoup, mais pas pour les Strongman. On mange beaucoup d’œufs, de viande rouge, de riz, de fruits et de légumes. Je ne touche pas aux pâtes ni à rien de ce genre d’ailleurs – seulement lors des cheat meals. »

Plus il se rapproche d’une compétition, plus la nourriture augmente, encore et encore et encore.

« C’est à l’approche de la compétition qu’on ajoute les cheat meals. Je mange un cheat meal avant chaque entraînement et un autre le week-end, mais toujours avec 70 à 80 % d’aliments sains. »

Tom dit que son « pire régime » a été celui qui a précédé la compétition World’s Strongest Man cette année.

« Il s’agit simplement d’apporter du carburant à votre corps. A ce moment-là, je mangeais environ 11-12 000 calories par jour et je ne mangeais vraiment pour avoir de l’énergie – hamburgers, frites, lasagnes, pâtes – des aliments complets à forte teneur en glucides qui me permettaient de garder mon énergie et ce, pendant 8-9 jours. »

Il décrit ensuite son régime alimentaire à mesure qu’il se rapproche de la compétition.

« Quand nous approchions des championnats du monde, le petit-déjeuner était normal, la collation du milieu de matinée était normale et le déjeuner était composé de poulet et de n’importe quoi d’autre. Par contre le repas avant la séance de gym était le plus important, c’était le repas pour avoir de l’énergie, par exemple un hamburger et des frites. Si vous ne mangez pas ça, vous n’aurez pas le carburant necessaire.

« Si tu manges ce repas, ta séance sera 60 % plus efficace que si tu suivais toujours ton régime d’il y a un mois ou deux. Nous n’avons pas vraiment de ‘cheat meals’ – ces cheat meals font simplement partie de notre régime. »

« Le régime augmente, l’entraînement diminue »

Vous pouvez penser que l’entraînement doit se faire jour après jour, surtout à l’approche de la compétition. En fait, c’est tout le contraire.

« L’entraînement s’inverse en quelque sorte : le régime alimentaire augmente, l’entraînement diminue. Vous devez être aussi reposé et aussi bien nourri que possible. Donc, si votre compétition est dans 8 jours et que vous vous entraînez jusqu’à deux jours avant, votre corps ne sera pas complètement remis. »

En nous parlant de sa préparation pour le World’s Strongest Man, Tom dit…

« Pour WSM, par exemple, j’ai fait une préparation de 12 semaines. Les 4 premières semaines étaient consacrées au volume, pour me mettre en forme et me conditionner, être capable de déplacer le poids. Ensuite, les quatre semaines suivantes étaient consacrées à la force, donc nous avons supprimé les répétitions et le conditionnement, et nous nous sommes concentrés sur la force.

Par la suite, nous avions une période de deload où nous faisions juste des poids très légers pour que mon corps puisse récupérer. Puis les quatre dernières semaines, dont deux semaines qui mélangeaient conditionnement et force, puis les deux dernières avec deux jours de musculation par semaine pour que le corps récupère vraiment. »

Même si Tom est l’homme le plus fort du monde, il ne s’agit pas pour lui de soulever son ego. Tout est question de forme et de repos.

« S’entraîner et surtout, bien s’entraîner, est très important. Se décharger au bon moment, savoir quand se retirer au bon moment, et ne pas se pousser à bout juste pour son ego. »

 

« Je veux être champion une deuxième seconde fois ».

Tom a maintenant fait toutes ses grandes compétitions pour cette année et son objectif pour 2022 est de conserver la couronne de l’homme le plus fort du monde.

« Cette année a été difficile à cause des championnats du monde, des médias et des voyages. Je n’ai pas réussi à retrouver une bonne routine et aussi à cause de la Covid. Donc j’espère que je vais bien finir cette année, obtenir quelques bons résultats et puis l’année prochaine, je vais vraiment m’entraîner à nouveau, préparer les championnats du monde et ensuite monter sur les podiums de toutes les compétitions que je fais. »

Il donne l’impression que c’est facile… Et si Tom Stoltman a fait 2021 sans une vraie routine, nous avons hâte de voir ce qu’il fera lorsqu’il en aura une.

 

Message à retenir

Tom est une source d’inspiration pour tous ceux qui souffrent de handicaps cachés, et son parcours jusqu’au titre d’homme le plus fort du monde montre le pouvoir du dévouement et de la passion.

Nous attendons avec impatience le World’s Strongest Man 2022 pour voir ce que Tom peut faire et nous le soutiendrons pour qu’il obtienne le statut de G.O.A.T. consécutif.

Daniel Scali | Le record de la plus longue planche au monde

Ambassadeurs

Daniel Scali | Le record de la plus longue planche au monde

2021-11-03 12:07:45Par Anthony Ramos



Anthony Ramos

Anthony Ramos

La rédac

Anthony Ramos pratique la musculation depuis plus de 5 ans et travaille pour Myprotein depuis 1 an. Il suit l’évolution de l’industrie du fitness, ses tendances et ses innovations depuis qu’il s’est passionné par la pratique de ce sport.

Durant son temps libre, Anthony aime se rendre à la salle de sport et perfectionner ses connaissances sur l’entraînement, la nutrition sportive et le monde des réseaux sociaux – mais surtout voir ses amis, sa famille et voyager autour du monde.


JUSQU'À 70% SUR TOUT LE SITE + 15% EN EXTRA | CODE: PLUS15 Profitez-en ici