0
Panier

Il n'y a actuellement aucun produit dans votre panier

Lifestyle

Le cholestérol: Un faux ennemi ?

 

Par Sylvain Chalon

 

Dans les années 80, le corps scientifique nous apprenait l’arrivée d’un nouveau fléau sur Terre : le cholestérol.

Faisant l’impasse sur la nature même de cet ennemi, l’information ne portait que sur un point : il fallait faire en sorte que ce taux de cholestérol dans notre corps reste le plus bas possible, sous peine de voir débarquer la grande faucheuse.

 

Miracle, dans le même temps apparaissait sur le marché pharmaceutique les fameuses statines, destinées à faire baisser le cholestérol sanguin, promettant ainsi de sauver des centaines de millions d’individus d’une mort précoce. Je vous laisse juge du parfait synchronisme entre l’arrivée de l’ennemi et celle du vaillant soldat.

 

Mais qu’est-ce-que le cholestérol ? Quel est son rôle dans l’organisme ? Évitons les opinions toutes faites et cherchons à comprendre.

 


L’origine et la nature du cholestérol


 

cholesterol

 

Du grec ancien « chole » signifiant « bile » et de « stereos » signifiant « solide », il fût découvert en 1758 sous forme solide dans les calculs biliaires, d’où son nom. La synthèse du cholestérol se fait principalement dans les cellules du foie et de l’intestin.

 

Il s’agit d’une substance de la famille des stérols qui joue un rôle primordial dans de nombreux processus biochimiques. Dans les neurones, par exemple, il permet la synthèse des neurotransmetteurs et donc la propagation de l’influx nerveux. Il est également un composant majeur des membranes cellulaires animales, contribuant à leur stabilité.

 

Plus concrètement, le cholestérol est précurseur de nombreuses molécules, les plus notables étant :

 

✓Les hormones stéroïdiennes, comme le cortisol par exemple.

✓Les hormones stéroïdiennes sexuelles, comme la testostérone, la progestérone ou les œstrogènes.

✓Le cholécalciférol, vulgairement appelé vitamine D3 car il ne s’agit pas vraiment d’une vitamine, mais il s’agit là d’un autre débat.

 

Il faut savoir que le corps fabrique chaque jour 2 grammes de cholestérol, sauf dans le cas d’un apport exogène en quantité suffisante, via notre alimentation.

 


Un corps capable de réguler l’absorption de cholestérol


 

cholesterol-6

 

Nous venons de le voir, le premier filtre est la capacité du corps à inhiber la production endogène de cholestérol dans le cas où l’alimentation apporte au moins les deux grammes nécessaires à sa survie.

 

Petite parenthèse, sachant qu’un jaune d’œuf est composé d’environ 200 mg de cette substance, on retiendra que notre organisme peut juger nécessaire de produire quotidiennement l’équivalent du cholestérol contenu dans 10 jaunes d’œufs !

 

Le second filtre se fait grâce à une bactérie intestinale qui va transformer l’excès de cholestérol en coprostérol. Ce dernier n’étant pas absorbable, il sera éliminé dans les selles.

 

Pour le cholestérol ayant pu être absorbé par le corps, il existe encore d’autres mécanismes de régulation de cette matière, plus complexes à aborder, permettant de limiter son flux entrant dans la cellule par exemple.

 

Chez un individu en bonne santé, il est raisonnable de penser que le cholestérol alimentaire influerait très peu sur la cholestérolémie.

 


Le transport du cholestérol dans le sang


 

cholesterol-4

 

En tant que composé hydrophobe, le cholestérol n’est pas soluble dans le sang. Son transport va être assuré notamment par deux lipoprotéines : le LDL et le HDL.

 

Les lipoprotéines de basse densité (ou LDL pour low density lipoprotein), transportent le cholestérol dans le sang, des lieux de sécrétions vers les cellules de l’organisme. Elles assurent par la même occasion le transport des triglycérides, ainsi que des vitamines liposolubles (A, D, E et K). Son appellation de « mauvais cholestérol » est donc à relativiser.

 

Les lipoprotéines de haute densité (ou HDL pour high density lipoprotein) déchargent les artères du cholestérol oxydé afin de le conduire vers le foie où il pourra être recyclé en acides biliaires. Cette fonction de nettoyage permettant d’éviter l’accumulation de cholestérol dans les vaisseaux sanguins a valu au HDL son surnom de « bon cholestérol ».

 


Cas où le cholestérol devient un problème


 

cholesterol-5

 

Chez un individu en bonne santé et ayant une alimentation équilibrée, il semble que le cholestérol, même légèrement en excès, ne pose aucun problème.

 

En revanche, si une personne présente des carences en vitamines ou substances antioxydantes, le corps va se retrouver envahi de substances appelées radicaux libres. Ces derniers peuvent avoir leur utilité contre des virus ou des microbes ayant envahi l’organisme car ce sont des « soldats » terriblement efficaces mais aussi très indisciplinés puisqu’ils ne sont pas capables de distinguer une cellule amie d’un intrus. Je simplifie bien évidemment.

 

Les radicaux libres vont notamment s’en prendre aux cellules de nos artères, provoquant des inflammations et des microlésions. Le corps va alors se défendre et dans ce cas reboucher ces lésions. Pour ce faire, il utilise normalement le collagène en guise de pansement. Malheureusement, dans le cas d’une alimentation peu équilibrée, l’organisme n’est pas capable de fabriquer suffisamment de cette substance. S’il en manque, il va alors se servir du cholestérol sanguin pour panser la blessure.

 

S’il s’agissait d’une mesure exceptionnelle, cela ne poserait aucun problème. Malheureusement, si le collagène fait trop souvent défaut, l’utilisation du cholestérol va devenir une habitude. Dans ce cas, ce rafistolage répété à l’infini va finir par provoquer une accumulation de cholestérol dans la même zone et donc obstruer le vaisseau sanguin, avec les problèmes qui s’en suivent.

 

On voit donc que ce n’est pas le cholestérol qui est un problème en soit, mais l’utilisation qui va en être faite pour pallier, en l’absence de collagène, aux dégâts causés par les radicaux libres.

 


Ce qui importe au final


 

cholesterol-3

 

Ne diabolisons pas trop le cholestérol. Nous l’avons vu, il nous permet d’assurer des fonctions essentielles. Diverses études tendraient même à prouver que, chez des personnes en bonne santé et ayant une alimentation équilibrée, une cholestérolémie élevée offrirait un facteur supplémentaire de longévité.

Néanmoins, de ce que l’on sait déjà, le cholestérol est à la base :

 

De l’entretien d’une bonne masse musculaire.

D’un meilleur fonctionnement neuronal avec une meilleure résistance au stress et une diminution des tendances à la dépression.

D’un bon système immunitaire.

✓Facilite la sexualité et la reproduction.

 

Cette liste des bienfaits n’est évidemment pas exhaustive.

On en trouve en bonne quantité dans la cervelle, les rognons, le foie, le jaune d’œuf, le beurre, les viandes et volailles, ainsi que le poisson. Il n’y a que l’embarras du choix !

 

Notons que le cholestérol étant propre au règne animal, il est donc totalement absent de tous les végétaux.

 

Pas de tags



Myprotein

Myprotein

La rédac


Promo du 12/12 | Profitez de 40% sur le site avec le code: 1212 Cliquez!