Lifestyle

Comment soigner sa pubalgie ? Prévention, traitement, récupération

Qu’est ce qu’une pubalgie

Une pubalgie se traduit par une douleur de la région inguinale et pubienne. Elle s’apparente à une tendinite pouvant toucher les abdominaux et les adducteurs. Blessure du footballeur par excellence, la pubalgie touche également d’autres sportifs comme les coureurs, les escrimeurs, les rugbymans, les haltérophiles, etc. Soigner une pubalgie est long. Du repos, des massages et des étirements permettront d’en venir à bout mais le sportif est souvent éloigné des terrains pour 6 mois.

Est‐ce que je souffre d’une pubalgie ?

La pubalgie touche majoritairement les footballeurs et les coureurs mais pas seulement. Hommes comme femmes, tout sportif confondu peut y être sujet. Les premiers signes sont des douleurs aux adducteurs ou en bas du ventre. Au football, ce sont les frappes et les changements de direction qui viennent réveiller la douleur.

  • La pubalgie parieto‐abdominale se situe en bas du ventre.
  • La pubalgie des adducteurs se fera ressentir à l’intérieur des cuisses.

La douleur peut s’installer progressivement sur certains mouvements. L’erreur est de passer outre et de continuer sa pratique sportive. Ainsi, l’inflammation s’accentue pour devenir réellement handicapante et augmenter d’autant la phase de récupération.

De fait, soyez attentif à tout signe de douleur et consulter rapidement un médecin en cas de gêne. Plus une pubalgie sera traitée précocement, plus vous augmentez vos chances d’une convalescence rapide.

Mieux vaut prévenir que guérir

Mettre toutes les chances de son côté pour éviter la blessure est essentiel. En musculation, quelques semaines d’absence pour cause de blessures limitent fortement votre vitesse de progression. De fait, il convient d’adopter quelques routines :

 

L’échauffement :

Essentiel pour éviter la blessure. De plus, un corps bien préparé à l’effort sera plus performant. Ainsi, respectez un protocole d’échauffement minutieux avant chaque séance d’entraînement. Si vous disposez d’un temps réduit pour vous entraîner, ne négligez jamais l’échauffement. Il est plutôt préférable de réduire sa séance à travers le nombre d’exercice.

Le choix des exercices.

active football

Le surmenage entraîne une pubalgie. Au football, on évitera de répéter inlassablement le même geste, comme des frappes lointaines de type coup franc ou pénalty. En course à pied, il est nécessaire de varier les surfaces de course. En musculation, les abdominaux classiques de type crunch seront à utiliser avec parcimonie. Réduisez leur fréquence pour faire une plus grande place aux abdominaux hypopressifs de type gainage et vacuum.

Faites des étirements !

marine leleu étirements

Des muscles raides sont plus sujets aux blessures. Dans la majorité des cas, les footballeurs sont caractérisés par une raideur des adducteurs, des ischio‐jambiers et du psoas, d’où la survenue de pubalgies.

Suivre ces trois principes vous aiderons à réduire considérablement les risques de pubalgie.

Le port de semelles orthopédiques permet souvent de contrer un déséquilibre, limitant fortement le risque de blessure ou améliorant la récupération. Pensez à envisager cette option si vous pratiquez régulièrement du sport.

Prise en charge d’une pubalgie du sportif

En cas de pubalgie, le sportif est contraint à un repos forcé durant 6 à 12 semaines. Bien entendu, ceci exclut donc totalement la pratique de son activité sportive, à l’exception du vélo, en accord avec son médecin traitant.

Le diagnostic :

Pour poser le bon diagnostic, l’imagerie sera utile. La radio permettra d’observer l’os du bassin pour mettre en évidence d’éventuelles lésions du pubis. L’échographie, indispensable en cas de tendinites, permet de visualiser les muscles et les tendons. Enfin, l’IRM peut être prescrite pour aller plus loin dans le diagnostic.

Traitement de la pubalgie

 

Dès la prise en charge, le médecin recommande une phase de repos pour calmer la douleur. Au programme:

  1. Du froid sur la zone douloureuse,
  2. Des antalgiques, des décontracturants ainsi que des anti‐inflammatoires non stéroïdiens.

Rééducation après une pubalgie

Au bout de 4 semaines, la rééducation peut commencer chez un kinésithérapeute du sport. Il insistera sur les exercices d’étirements des adducteurs, du psoas, des ischio‐jambiers ainsi que des massages profonds. Il vous proposera un travail de renforcement musculaire adapté pour une reprise progressive du sport.

Pour les pubalgies les plus avancées, des infiltrations de corticoïdes et de la mésothérapie sont possibles. Enfin, comme souvent, la chirurgie est la solution de dernier recours.

La reprise du sport sera progressive avec la possibilité de porter un short de compression « spécial pubalgie ». Il s’agit d’un short moulant, composé de sangles élastiques ou d’un système de compression permettant de soulager la pression sur les adducteurs et la région pubienne.

Message à retenir

Si vous souffrez de pubalgie, la première chose à faire consiste à se reposer, sans activité sportive. Consultez votre médecin traitant pour poser un diagnostic précis grâce à une échographie notamment. Ensuite, seul et avec votre kinésithérapeute, vous réaliserez des séances de glaçage, des massages et des étirements. Vos étirements devront être ciblés sur les adducteurs, les ischiojambiers ou encore le psoas. La prise de médicaments de type décontracturants ou anti-inflammatoire non stéroïdiens s’avèrera utile pour soulager la douleur et améliorer la guérison.

Soigner une pubalgie est long. Cette douleur pourrait vous éloigner des terrains de sport pour au moins 6 mois, voire plus. Cependant, mal guéri, votre pubalgie ne disparaîtra pas. Prenez votre mal en patience, soyez rigoureux et n’oubliez pas que la prévention reste le meilleur des remèdes.

 

Pas de tags



Myprotein

Myprotein

La rédac


TOUTES NOS REDUCS et PROMO ! Cliquez!