0
Panier

Il n'y a actuellement aucun produit dans votre panier

Lifestyle

À quel point êtes-vous vraiment en bonne santé? | Réalité Vs. Fiction

Temps de lecture : 5 minutes

Il semble que partout où vous regardiez, il existe un nouvel engouement pour la santé ou une nouvelle diète à la mode – sur les couvertures des magazines, sur les réseaux sociaux, ou alors vous en avez entendu parler au bureau.

Parfois, il est facile de se sentir comme si tout le monde était obsédé par le dernier super aliment, par la transformation des célébrités et par devenir la version la plus propre et la plus saine d’eux-mêmes. Mais y a-t-il réellement une substance derrière tout cela?

Une analyse récente du marché sur notre attitude à l’égard de la santé a révélé qu’il existait un écart assez important entre la façon dont les gens perçoivent leur propre santé et la réalité :

Alors que seulement 16% des adultes considèrent que leur santé est plutôt assez ou très malsaine pour leur âge, 61% de la population serait en surpoids ou obèse dans le NHS Digital’s Health Survey pour l’Angleterre 20161.

Vous pourriez dire que les chiffres appellent à une confrontation avec la réalité.

S’agit-il simplement de personnes qui nient les faits? C’est comme cocher l’option «ne fume pas» sur un formulaire, malgré le fait que vous vous retrouviez avec au moins une cigarette entre vos lèvres si vous avez bu ou que vous sortez en soirée. Vous n’achetez pas le tabac, mais en consommez un peu.

Ou se pourrait-il en réalité que les gens ne soient pas vraiment conscients de ce que veut dire «être en bonne santé»? Existe-t-il un manque de clarté ou d’information lorsqu’il s’agit de connaître les critères de ce qui rend votre style de vie «plutôt ou très malsain»?

Ce n’est pas seulement les habitants du Royaume-Uni qui affichent cette vision déformée de leur santé – l’examen des profils de santé par pays établis par la Commission européenne montre qu’il s’agit également d’un point commun à d’autres pays.

Par exemple, le profil de la France indique que «plus des deux tiers (68%) de la population française se disent en bonne santé», mais révèle également qu’en 2014, plus d’un adulte sur sept était classé comme obèse5.

C’est une histoire similaire pour l’Espagne. Le profil de leur pays indique que leur taux d’obésité est légèrement supérieur à la moyenne de l’UE: un adulte sur six a été classé comme obèse en 2014 – et pourtant, une proportion plus élevée de la population déclare également être en bonne santé (plus que 70% d’entre eux).6

Et, sans surprise, ce n’est pas différent de l’autre côté de l’océan. Une étude de marché menée aux États-Unis a révélé que «presque tous les Américains (90%) estiment que leur mode de vie général est« plutôt »ou« très »sain»2, ce qui semble être un contraste frappant avec leur lutte bien connue contre le taux d’obésité. En 2014, environ 1 adulte sur 3 aux États-Unis était classé comme obèse.3

Partout dans le monde, il semble donc que nous ayons quelque chose en commun – et, qu’il s’agisse de cas où nous ne faisons que simuler la réalité ou que nous ne connaissons pas les faits – nous devons agir.

Notamment parce que combler cet écart entre la santé perçue et la santé réelle pourrait nous faire économiser beaucoup d’argent à long terme. Au Royaume-Uni, nos choix malsains ne font pas qu’ajouter à notre tour de taille et à notre taux de cholestérol, mais également à la pression croissante exercée sur les ressources déjà insuffisantes du NHS:

Chaque année, plus de 11 milliards de £ sont consacrés au traitement des maladies causées par les effets d’une mauvaise alimentation, de l’inactivité, du tabagisme et de la consommation d’alcool1.

Où sommes-nous en train de fauter ? L’un des domaines d’amélioration les plus criants, et peut-être la faiblesse la plus facile à résoudre en premier lieu, est le manque d’exercice.

Une grande partie de la population n’est pas sur le point de respecter les directives en matière d’activité physique établies par le NHS, selon lesquelles les adultes âgés de 19 à 64 ans devraient essayer de faire de l’activité quotidienne et de faire au moins 150 minutes d’activité aérobique modérée par semaine, avec des exercices de force sur 2 jours ou plus.4

En réalité, un quart de la population ne fait de l’exercice qu’une fois par semaine ou moins et 17% des adultes ne font jamais d’exercice.1

Cela va bien plus loin qu’oublier de faire le jour des jambes !

Mais ce n’est pas vraiment une révélation révolutionnaire: la majorité d’entre nous savons que l’activité physique régulière fait partie d’un mode de vie sain, ce qui met en lumière une autre différence. Nous savons que nous devrions faire de l’exercice, mais il semble que souvent nous ne le faisons pas.

Les statistiques aboutissent à la même conclusion. Des recherches menées aux États-Unis ont montré que si 74% des adultes déclarent que l’exercice régulier fait partie d’un mode de vie sain, seuls 53% d’entre eux affirment le faire régulièrement.2

Alors, est-ce que cela est lié à la motivation? Comment amener tous ces gens à agir, littéralement, sur leurs connaissances et à bouger?

Avec les réseaux sociaux, il n’y a jamais eu autant d’inspiration à portée de main, mais cela entraîne également de nombreux dommages potentiels.

Inatteignable, ces phots de six pack à tout va ! Des influenceurs trop enthousiastes mais sousqualifiés recommandent des programmes d’entrainement sans aucune base scientifique. Des publicités intempestives vous promettent une pilule miracle pour perdre du poids. Ca vous semble familier?

C’est là que Myprotein entre en jeu.

Nous essayons de limiter cela et d’offrir des conseils et un soutien clair, fiable et scientifiquement fondé. Nous commençons la nouvelle année plus que jamais pour faire de «sain», quelque chose qui puisse être accessible à tous.

Et il semble que l’accessibilité pourrait être la clé. Nos suppléments testés sont maintenant plus abordables que jamais et il existe des gammes pour toutes les sphères de la société : les essentiels pour débutants, les produits adaptés aux femmes, et les mélanges vegan pour le nombre toujours croissant de végétaliens.

Notre effort pour rendre «la forme physique accessible à tous» est particulièrement important une fois comparé à certains des facteurs de risque décrits dans les Profils de santé par pays, comme par exemple en Espagne, où «moins de 50% des adultes ont déclaré faire au moins une activité physique modérée chaque semaine»,6 et en France, l’activité physique régulière chez les adolescents était «moins élevée que dans la plupart des autres pays de l’UE, notamment chez les filles»5.

Ces chiffres montrent qu’une partie considérable de la population est en déficit – ce qui signifie qu’il y a beaucoup de gens qui pourraient être mieux encadrés.

À une époque où les gens sont souvent plus enclins à dépenser davantage pour un abonnement téléphonique que pour un abonnement à un centre de fitness, il semble que notre approche de la condition physique doit évoluer rapidement et être bien préparée pour respecter des plannings chargés. Les incitations à commencer sont au rendez-vous : séances d’entraînement gratuites, suppléments livrés à domicile et, bien sûr, le flux constant de «selfies de transformation» mis en ligne pour nous stimuler.

Le temps nous dira s’il suffit de combler cet écart entre ce que nous percevons et les chiffres réels.

Pas de tags



Axel Falempin

Axel Falempin

Athlète Rédacteur

Axel Falempin est un rédacteur Myprotein depuis plus de trois ans et fait preuve d’une longue expérience sportive à haut niveau.

En effet Axel a pratiqué le Football Américain au plus haut niveau Français et Anglais pendant 7 ans et a participé à plusieurs compétitions Françaises et américaines de Bodybuilding.

Durant ces 7 ans de Football Américain, Axel a atteint les play offs 5 fois lors de championnats nationaux et a remporté un titre de champion d’île de France en 2014. En plus de son expérience de joueur, il a notamment coaché les Running Backs Cadet des Templiers d’Élancourt pendant 2 ans.

Concernant son expérience dans le bodybuilding, Axel a obtenu une quatrième place au championnat de France IFBB dans la catégorie Bodybuilding -70kg en 2016 et a remporté un titre d’Overall Classic Physique Champion lors des Jax Physique organisés à Jacksonville, Floride en 2017. Vous pouvez trouver différents interview d’Axel sur le site des Fitpanthers et sur Youtube suite à sa victoire aux Jax Physique.

Apprenez-en plus sur l’expérience d’Axel ici: https://www.linkedin.com/in/axel-falempin-1a321685/


50 % SUR 190+ PRODUITS | AUCUN CODE REQUIS +35% SUR LES MEILLEURES VENTES CODE : FR35 Profitez-en ici